Au sublime par le putride, au spirituel par l’immondice

“[…]

J’pense à ma vie ce roman noir écrit par un sado
Où j’y vois clair comme dans un glory hole
Puis j’ai des sueurs chaudes, un lumbago
J’transpire des auréoles
De larmes d’alcool.

Je me souviens de la haine
Quand j’étais fou, de quand j’vivais
Et puis des nuits casadéennes
Lorsque j’ai pris plus de plaisir à boire
Qu’à baiser.
Je voulais être survivaliste moi
Mais comme la peine est ma reine
J’aurai fini mouriraliste
Un trou du cul blasé
Dans un trou boisé…

Quand j’suis arrivé là y’avait un Christ dans l’grenier
Sur ma guitare jl’ai foutu
Retourné.
Je deviens dingue ou quoi, le croiras-tu ?
Mais dans un bon français narquois
Voilà que cette statue
Me crie à tête-tue :

« Allez, t’as tué personne
Attends qu’ta fin sonne
Cette vie c’était ton châtiment
Et gentiment
T’as purgé ta peine.

Allez, t’as tué personne
Que ton foie t’abandonne
Cette vie t’a nargué comme une hyène
Mais calmement
T’as mangé ta haine. »

Et calmement, j’ai mangé ma haine.

A la Chaise-Dyable – Peste Noire (paroles par la Sale Famine de Valfunde)

Goethes Balladen

                                 Mignon

      Kennst du das Land, wo die Zitronen blühn,
Im dunkeln Laub die Goldorangen glühn,
Ein sanfter Wind von blauen Himmel weht,
Die Myrte still un hoch der Lorbeer steht ?
Kennst du es wohl ?

                                Dahin ! Dahin
Möcht ich mit dir, o mein Geliebter, ziehn !

      Kennst du das Haus ? Auf Säulen ruht sein Dach,
Es glänzt der Saal, es schimmert das Gemach,
Und Marmorbilder steht und sehn mich an :
« Was hat man dir, du armes Kind, getan ? »
Kennst du es wohl ?

                                Dahin ! Dahin
Möcht ich mit dir, o mein Beschützer, ziehn !

      Kennst du den Berg und seinen Wolkensteg ?
Das Maultier sucht im Nebel seinen Weg;
In Hölen wohnt der Drachen alte Brut;
Es stürtz der Fels und über ihn die Flut.
Kennst du ihn wohl ?

                                Dahin ! Dahin
Geht unser Weg ! o Vater ! lass uns ziehn !