Songe d’une nuit infinie

Voici un des textes retrouvés récemment; écrit il y a de cela un ou deux ans durant une agréable nuit d’insomnie.

Je le livre tel quel, avec ses imperfections autant que sa spontanéité; confus et en ébullition comme l’était alors mon esprit.
Au fond, voici l’expression d’un de mes sentiments les plus durables et les plus profonds.


Ô pauvre humain,
Je n’entends rien à ton monde, ne connais que le mien
Un monde berçé d’images, bâti de musiques
Ce monde je vais le peindre,
Non pas à l’aide de couleurs mais de mots
Quoique couleurs dans un sens, couleurs de l’âme,
Puissance invisible et infinie

Couleur, musique, sentiment
Pensée, religion, châtiment
Un mot n’est rien, mais un Mot est tout
La magie de ces entités suffit à créer un monde
En leur offrant un accès à mon essence
Ils me rendront mon Univers
Matérialisant l’Autre Dimension ;
Loin d’être imaginaire…

Ô Dieu des Clefs,
Permettez à mon âme de se retrouver
Revenir au rêve d’où elle a été tirée
Et, enfin, montrez-moi la liberté
Loin de l’adorable cauchemar qu’est la vie
Rendez-moi la réalité de mes rêve !
Oui, mes Mots sauveront mon monde.

Dio’

Advertisements

Un échange rimé.

La prose est certes honorable, mais que serait le monde sans un peu de vers et de rimes ?
L’amitié, mes amis, l’amitié inspire. Et non pas comme notre cher Cyrano, l’esprit, je ne le hais pas tant dans “l’amour”.
Alors, voici notre échange, Jo’.
Et toi, lecteur égaré qui peut-être est tombé sur ce blog embrouillé… Je t’expose nos mots; ne les juge pas trop -car ils tirent de nos coeurs leur véritable et infinie valeur.

Jo’:

A toi je dédie cette lettre
Ce jour, tu la liras, peut-être

De de Bergerac je n’ai point le talent
Mais nos amours sont très ressemblants

A ton balcon, si éloigné soit-il
Près de Paris, cette magnifique île

Un jour, en fin de journée
Un jour, je viendrais discuter

Seront alors au noir cachés mes traits
Est-ce que pour me voir, toi, tu attendrais ?

A la mort toute avance tu refuseras
Jusqu’à ce que mon visage tu ne voies

Dois-je donc le garder bien secret
Pour que tu continues à respirer ?

Et t’envoyer des mots de tendresse
Jusqu’à ce qu’enfin je disparaisse

Pure harmonie en cette nuit avec toi
Je te le dis c’est la première fois

Chaque découverte, chaque nouvelle heure
Nous amène plus loin dans la grandeur

Certaines discussions semblent iréelles
Tellement l’émotion s’y voit pousser des ailes

On pourrait croire qu’il ne s’agit que de mots
Leur combinaison en phrases, n’est-ce pas beau ?

De la personne pourtant nous vient l’émotion
Notre corps réagit, oh qu’on le veuille ou non

J’admire entre nous le partage et le franc
Sur la même longueur d’ondes nous allons droit devant

Ca a été vite, oui, plus vite que l’éclair
Et depuis notre nuit tout est devenu clair

Formidable, géniale, unique
Je te vole tes mots, je les bois, je les mange
Tout pour moi, tu es bien l’unique
Aujourd’hui, je te le dis, notre amitié me démange.”

Dio’:

“En face à face avec tes mots
Je cherche à répondre; il le faut

Mais comme tu n’es Cyrano, je ne puis
Telle Roxanne, disserter comme je ris.

Tremblante donc, intérieurement,
J’ose, et imite ton geste élégant…

Et toi, plus naïf que jamais
Tu demandes si j’attendrais ?

J’attendrai jusqu’à n’en plus savoir parler;
Quand chaque mot il faudra m’arracher

Et alors, enivrée par cette âme bénie
J’arracherai de ton visage la nuit.

Que la Mort tourne les talons,
Car toi démasqué, je tiendrai bon !

Faudrait-il embrasser la bûche
Quand enfin le mystère trébuche ?

Non! dis-je, que cette harmonie persiste !
Orchestrée comme par le plus grand Alchimiste

Et buvons dans notre coupe sans fond
La liqueur du plus parfait abandon

Après tout, ces mots coulant entre nos doigts
Ressemblent à un lien qui toujours croît

Si bien que sans même cette requête;
“Veux-tu me compléter, et que je te complète ?”

Nous parlons le cœur et l’esprit en avant
Sans trahir un contenu boitillant.

Alors pour une fois sans peur, je clame
Que j’aurais souffert de ne pas gagner ton âme

Cette rencontre est encore jeune mais intense,
Et j’espère voir perdurer cette danse.

De cette trinité tu penses me qualifier,
Mais c’est bien toi que j’y vois.
Et tu parles d’amitié…
Mais moi, c’est à la Réunion que je crois.”

Jo’:

Si j’avais à parler de vive voix, je ne le pourrais pas…
De danser sur le clavier sont capables mes doigts…

Alors, ma Dio’, voici ma rimée réponse
C’est avec joie, qu’j’entame cette annonce

Parler d’adoration quant à ton petit texte
N’est pour gagner du temps qu’un simple prétexte

Il est sublime, il est brillant
Tu m’épates hier, tu m’épates maintenant

Le temps est là de continuer
Écoute donc tous ces mots-clefs

Attentes.

J’ai décidé de n’en avoir
Si j’en avais eu, tu peux me croire
Que tu serais, ça m’aurait plu
Arrivée… bien au-dessus

Lien.

Je crois qu’il croît
Comme tu l’as vu
Les mots sont rois
Comptons dessus

Esprit.

Tout en avant, nous essayons
D’être nous-mêmes, y parvenons
Parfait cocktail, nous formerons
Futur que dis-je ? C’est déjà bon

Cœur.

S’il y a un mot qui aujourd’hui
L’état de mon cœur peut-être décrit
Il se nomme chamade, car tu l’entends
Jusqu’à Clamart, son battement

Âme.

Mon âme gagnée, tu as déjà
Si aujourd’hui, ça n’était le cas
Je s’rais venue, jusqu’à chez toi
La déposer… entre tes bras

Jeune.

Quelques jours ou quelques heures
Les émotions ton p’tit Jo’ leurrent
Je ne sais quand je t’ai connue
Était-ce hier ? Je ne sais plus

Là tout de suite, mon sentiment
Est que je te connais… depuis tout le temps

Oui.

Dernier mot clef, c’est un grand oui
Aujourd’hui, demain, jusqu’l’infini
Réunion ? Oui ! Mon corps en fête
Mais calmons-nous, ‘faut qu’ça s’arrête

Ta chute mon esprit a fait bondir
Ces mots-ci te f’ront ils plaisir ?

Evidemment, ce fut le cas; mais c’est selon une autre forme que notre échange continua.

Mais pourquoi diable ce blog ?

La réponse… Est dans la Réponse.

Ta réponse, mon Jo’.
Une des raisons de ma question était que j’ai longtemps été tentée par le fait de créer un blog. Mais ça aussi s’est toujours soldé par un échec. Manque de confiance, timidité, en sont les raisons principales.
Alors pourquoi maintenant ? Parce que tu m’as offert un semblant de confiance en moi. Et que mon désir de partager s’est accru. Peut-être bien qu’un jour, d’autres personnes tomberont sur ce Dio’gme. Peut-être y trouveront-ils un quelconque intérêt ou une distraction.
Mais dans l’immédiat, ce blog est destiné à donner accès à des pensées venues dans un éclair et reparties aussitôt; à des réflexions trop incomplètes ou imprécises. Ou encore, à des écrits en tous genres, déjà crées et que j’aimerais t’exposer, comme à des écrits encore à peaufiner ou dont tu m’as donné l’idée.

En somme, ça promet d’être aussi désordonné, hasardeux et éparpillé que mon propre esprit.
Mais je pense pouvoir affirmer qu’en ce qui te concerne… Tu sauras le supporter.

Dio’ke, en l’honneur de notre Réunion.

#stratégie